Légumes du soleil

Au mois de mai débutent les premières plantations de légumes frileux. Protégés, bien accompagnés et taillés, ils s’épanouiront tout l’été. Un régal en perspective...

Enfin, la terre sèche et se réchauffe ! Passés les fameux saints de glace (11, 12 et 13 mai), qui sont souvent synonymes de gelées tardives, il est grand temps de songer à installer au jardin, sur vos terrasses ou bien vos balcons, quelques pieds de tomates et autres indispensables légumes-fruits estivaux. Cependant, même si la courbe des températures croît, nous sommes encore à la merci d’un refroidissement tardif, d’un mouvement capricieux du vent qui, à cette saison, quand il s’oriente au nord, provoque parfois de brusques coups de froid. Faut-il pour autant s’interdire toute plantation, alors qu’alentour la nature se réveille ? Non, car en prenant un minimum de précautions, le mois de mai est la période idéale pour couvrir les terrasses et les potagers, planter et planter encore.

Tomates

 Des orties au fond du trou
La tomate mesure entre 40 cm et 2 m de hauteur. Elle prend des formes et des couleurs différentes : ronde, aplatie, allongée, rouge, jaune, verte, blanche, etc. Convenablement entretenus, une douzaine de pieds satisferont largement aux besoins d’une famille moyenne. Lors de l’achat des plants, informez-vous : les tomates peuvent être précoces, de mi-saison ou tardives. Il existe 2 espèces, Lycopersicon esculentum et Lycopersicon pimpinellifolium (la tomate groseille), et pas moins de 1500 variétés. Mélangez-les : ainsi, vous étalerez la période de fructification en ne plantant qu’une fois. Vous pouvez déjà tenter, en tout début de mois, de mettre en place quelques précoces pour avancer la date de récolte. Cette dernière a lieu entre 4 mois et demi et 5 mois après le semis. Ne cherchez pas à trop serrer les tomates : elles ont besoin de place. Plantez-les en quinconce tous les 90 cm, en espaçant les rangs de 1 m. Si vous utilisez des pots ou encore des bacs, et ce, même s’ils vous paraissent grands, vous vous contenterez d’un seul sujet par contenant.
 
Au moment de la plantation, vous devez fournir de la nourriture en quantité. Pour cela, le trou doit être suffisamment vaste – 20 à 30 cm de diamètre et de profondeur – afin d’être rempli, une fois le tuteur planté, de compost, de fumier bien décomposé ou plus simplement de feuilles d’orties hachées. Les tomates sont voraces et apprécieront tout apport organique faiblement azoté : sang séché, corne torréfiée, etc. En cours de culture, les enrichissements se font sous forme de solutions à base de purins dilués.
 
De bienveillants voisins...
Les tomates apprécient la proximité des fleurs en général, compagnes précieuses pour attirer les indispensables insectes pollinisateurs, et des œillets d’Inde en particulier, qui ont l’avantage de faire fuir les nématodes. Les tomates peuvent, elles aussi, se montrer excellentes, associées au chou.
 

 

Maladies et parasites de la tomate

Les tomates sont surtout sensibles à des maladies qui se développent par temps humide. Traitez préventivement les pieds non abrités, afin d'éviter leur apparition.  

Maladies et parasites de la tomate

Taches noires sur les tomates - F. Marre - Rustica - Potager de Jean-Marc

Soyez donc plus vigilant si l'été est pluvieux : avec ou sans chaleur, des traitements préventifs sont nécessaires.

Alternariose

Observation : le feuillage se couvre de taches brunes à noires entourées de jaune ; parfois, les tiges souffrent des mêmes symptômes. Ensuite, les fruits se creusent sous les taches noires qui provoquent leur pourrissement. La maladie apparaît par temps humide.

Solutions : supprimez les parties atteintes. Dès les premiers signes et si les conditions sont favorables au développement de l’alternariose, pulvérisez un produit à base de cuivre pour limiter la propagation.

Mildiou

Mildiou

Mildiou - P. Asseray - Rustica

Observation : des taches irrégulières, jaunes, puis brunes, envahissent le feuillage qui finit par se dessécher. Les tiges et les pétioles brunissent, sèchent, puis les fruits sont attaqués près des pédoncules, ils présentent des taches noirâtres, sont bosselés et pourrissent. Les symptômes apparaissent surtout en fin d'été, plus tôt s’il est pluvieux.

Solutions : coupez vite les parties malades. Arrosez sans mouiller le feuillage. Pulvérisez de la bouillie bordelaise ou une décoction de prêle en prévention par temps chaud et humide (après un orage), tous les 15 jours.

Nécrose apicale ou cul noir

Nécrose apicale ou cul noir

Cul noir - P. Asseray - Rustica

Observation : de larges taches noires déprimées se répandent sur la base des fruits, c’est-à-dire à l’opposé des pédoncules. Ces manifestations révèlent un problème physiologique des tomates.

Solutions : il ne s’agit pas d’une maladie, mais de la conséquence d’apports d’eau irréguliers, notamment en période de sécheresse. Vous arroserez environ deux fois par semaine pendant les périodes sèches, sans mouiller le feuillage, et vous prendrez bien soin de pailler votre terrain afin qu’il conserve toute sa fraîcheur.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×